La Générale d’Imaginaire

1819_Page_GeneraledImaginaire

Résidence du 10 au 14 septembre

 

Europe, entre tout et rien…

Située entre le collectif d’artistes, la  compagnie et le bureau de production, La Générale d’Imaginaire développe des démarches artistiques et culturelles souvent hybrides, principalement en lien avec le spectacle vivant, les arts de la [prise de] parole et la littérature. À travers ces multiples croisements et les formes artistiques qui en surgissent, la Générale d’Imaginaire cherche à partager le pouvoir d’agir, à fabriquer de nouvelles relations, à égayer la vie des personnes rencontrées et à faire entendre leur voix. Elle s’inscrit résolument dans le champ de l’éducation populaire et de l’innovation sociale.

Depuis 2003, la Générale d’Imaginaire accompagne ses artistes associés dans la production, la diffusion de leurs créations et dans des projets participatifs – ou démarches artistiques partagées – qu’ils mènent dans les territoires.


EuropeS – création 2019

L’Europe aujourd’hui semble indéfinissable. Est-elle une civilisation, une culture, une dénomination géographique, une organisation politique ? Peut-être rien et tout cela à la fois. Elle est surtout le fruit d’une expérience : celle de ses habitants, de ses passagers. Comment parler d’Europe à l’heure des barbelés de Ceuta, de l’autorité de la Troïka, de la flambée des nationalismes, des générations Erasmus, de la Politique Agricole Commune et de la, relative, paix continentale depuis plus de 70 ans ? Où se situe l’équilibre entre politique, art, société, engagement et morale ?

EuropeS est un état des lieux des Europes d’aujourd’hui, croisant intime et politique : de l’espace Schengen à l’Eurovision en passant par l’UEFA, Frontex et les barbelés de Lampedusa, Camille Faucherre questionne ce qui fait (encore) société européenne. À partir de témoignages récoltés sur le continent, il racontera la vie d’Europe, un individu aux multiples facettes, à travers une musique évolutive et une scénographie de barrières Héras dansantes.

 

L’interview de Camille Faucherre

Bienvenue La Générale d’Imaginaire ! L’écriture de cette création va être basée sur des témoignages récoltés dans différents pays. Dans quels pays et sur quels choix et critères ?

Voyager, rencontrer, écouter est la base du métier de l’artiste en prise avec les réalités. Le choix des pays traversés, puisque nous ne pourrons pas y aller tous, sera double. 1 : Les points cardinaux (nord-est-sud-ouest). 2 : les situations locales (Écosse, Catalogne, Flandres, Vénétie, Grèce).

Mais dès l’écriture du squelette, je pense laisser une place à l’arrivée de nouveaux témoignages dans les représentations. Ainsi, au fur et à mesure des représentations, le spectre de témoignages s’enrichira de rencontres locales, afin de pouvoir parler des EuropeS aux différentes échelles géographiques. Le spectacle devient donc dynamique, en mouvement dialectique, parlant du local et du global.

 

Peut-on parler de théâtre documentaire pour cette création ? Y aura-t-il une part de fiction ?

Je parlerais plutôt de théâtre documenté. La réalité est le prisme de la fiction, nous extrapolons, personnifions, mais sur des origines véridiques. Nous appuierons notre écriture sur les récoltes mais nous laisserons la plume guider nos émotions aussi. Nous ne voulons pas nous restreindre à la restitution exhaustive des témoignages. C’est pourquoi nous avons demandé aux témoins s’ils étaient d’accord pour que leurs voix soient réécrites afin de mieux s’adapter au contexte, sans changer le propos. Ainsi, nous ouvrons la possibilité de multiplier les styles littéraires, donc des adresses, dans la retranscription des témoignages. De plus, nous lions ces témoignages par une dramaturgie purement frictionnelle qui permet d’inclure le témoin dans le rôle du membre de la famille élargie d’EuropeS.

 

AVEC

Écriture et mise en scène : Camille Faucherre Jeu et interprétation : Marlène Hannon, Sophie Descamps, Naïm Abdelhakmi et Pierre Boudeulle Musique : Blaise Desjonquères Regards complices : Nicolas Vercken – Ktha Cie (créateur d’espaces), Cyril Viallon – Cie Caryatides (dessinateur des corps) et Christophe Moyer – Cie Sens Ascensionnels (libérateur de jeux) Costumes : Léa Decants Décor et construction : La Molette Administration : Céline Amadis Communication : Elise Vallet Action culturelle : Céline Patarca Diffusion & développement : en cours

 

CORPODUCTIONS ET AIDES À LA CRÉATION Le Boulon – Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public – Vieux-Condé / Culture Commune – Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais – Loos-en-Gohelle / Le Fourneau – Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public – Brest / Cirque Jules Verne – Pôle National Cirque et Arts de la Rue – Amiens / Latitude 50 – Pôle arts du cirque et de la rue – Marchin – Belgique / SACD – « Écrire en campagne » /// La compagnie est subventionnée par l’État – CGET / La Région Hauts-de-France / les Conseils départementaux du Nord et du Pas-de-Calais / la Communauté d’agglomération Béthune – Bruay Artois Lys Romane / la Ville de Lille. La compagnie est soutenue par l’agence de communication Tous Les Matins.

www.lageneraledimaginaire.com